LE BAR À JUS DE KILUCRU
Bonjour!

LE BAR À JUS DE KILUCRU

UN FORUM SYMPA, OUVERT ET INFORMÉ, AXÉ SUR LA RECHERCHE ET LA DISCUSSION DES MODES ALTERNATIFS DE SANTÉ PHYSIQUE, MENTALE ET SPIRITUELLE, PAR LES PRODUITS NATURELS, LES TECHNIQUES PSYCHO-ÉNERGÉTIQUES, L'ALIMENTATION SAINE, VIVANTE OU CRUDIVORE.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C Campbell on genetics

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moi-kilucru

avatar

Messages : 5846
Date d'inscription : 24/11/2008
Localisation : The Best in the West, MTL, QC

MessageSujet: C Campbell on genetics   Ven 10 Avr - 22:13

I can safely say that the origin of every single disease is genetic. Our genes are the code to everything in our bodies, good and bad. Without genes, there would be no cancer. Without genes, there would be no obesity, diabetes or heart disease. And without genes, there would be no life.

Much of this focus on genes, however, misses a simple but crucial point: not all genes are fully expressed all the time. If they aren't activated, or expressed, they remain biochemically dormant. Dormant genes do not have any effect on our health. This is obvious to most scientists, and many laypeople, but the significance of this idea is seldom understood. What happens to cause some genes to remain dormant, and others to express themselves? The answer: environment, especially diet.

To reuse a previous analogy, it is useful to think of genes as seeds. As any good gardener knows, seeds will not grow into plants unless they have nutrient-rich soil, water and sunshine. Neither will genes be expressed unless they have the proper environment. In our body, nutrition is the environmental factor that determines the activity of genes. As we saw in chapter three, the genes that cause cancer were profoundly impacted by the consumption of protein. In my research group, we learned that we could turn the bad genes on and off simply by adjusting animal protein intake.

Furthermore, our China research findings showed that people of roughly the same ethnic background have hugely varying disease rates. These are people said to have similar genes, and yet they get different diseases depending on their environment. Dozens of studies have documented that as people migrate, they assume the disease risk of the country to which they move. They do not change their genes, and yet they fall prey to diseases and illnesses at rates that are rare in their homeland population.

Furthermore, we have seen disease rates change over time so drastically that it is biologically impossible to put the blame on genes. In twenty-five years, the percentage of our population that is obese has doubled, from 15%o to 30%. In addition, diabetes, heart disease and many other diseases of affluence were rare until recent history, and our genetic code simply could not have changed significantly in the past 25, 100 or even 500 years.

So while we can say that genes are crucial to every biological process, we have some very convincing evidence that gene expression is far more important, and gene expression is controlled by environment, especially nutrition.

A further folly of this genetic research is assuming that understanding our genes is simple. It is not. Recently, for example, researchers studied genetic regulation of weight in a tiny worm species. 12 The scientists went through 16,757 genes, turning each one off, and observed the effect on weight. They discovered 417 genes that affect weight. How these hundreds of genes interact over the long term with each other and their ever-changing environment to alter weight gain or loss is an incredibly complex mystery. Goethe once said, "We know accurately only when we know little; with knowledge doubt increases.""
Expression of our genetic code represents a universe of biochemical interactions of almost infinite complexity. This biochemical "universe" interacts with many different systems, including nutrition, which itself represents whole systems of complex biochemistry. With genetic research, I suspect we are embarking on a massive quest to shortcut nature only to end up worse off than when we started.

Does all this mean I think that genes don't matter? Of course not. If you take two Americans living in the same environment and feed them exactly the same meaty food every day for their entire lives, I would not be surprised if one died of a heart attack at age fifty-four, and the other died of cancer at the age of eighty. What explains the difference? Genes. Genes give us our predispositions. We all have different disease risks due to our different genes. But while we will never know exactly which risks we are predisposed to, we do know how to control those risks. Regardless of our genes, we can all optimize our chances of expressing the right genes by providing our bodies with the best possible environment-that is, the best possible nutrition. Even though the two Americans in the example above succumbed to different diseases at different ages, it is entirely possible that both could have lived many more years with a higher quality of life if they would have practiced optimal nutrition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dolcefarniente3

avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 7:24

Eh oui, nous pouvons influencer nos gènes, les mettre en veille ou les "démarrer", mais parfois, l'influence extérieur peut aussi changer définitivement la programmation de nos gènes (source www.pigenome.eu):


Citation :
En 1998, Craig Cooney et son équipe de recherche (Arkansas, Etats-Unis) ont alimenté des souris Avy brunes gestantes avec différentes quantités de molécules impliquées dans la méthylation, comme la méthionine, l’acide folique et le zinc. Plus le niveau de ces molécules augmentait, plus les bébés souris étaient bruns et tachetés. Comme vous pourriez vous y attendre, les souris les plus brunes étaient aussi les plus minces mais aussi celles qui étaient en meilleure santé. Donc le régime alimentaire de la mère a affecté l'état d'épigénétique de ses petits influençant leur poids et leur santé.

Jennifer Cropley et ses collaborateurs ont franchi une étape supplémentaire en 2006, en montrant que fournir un régime alimentaire très riche en méthyl à des souris Avy gestantes, a non seulement changé la couleur du pelage de leurs descendants (vers l’extrémité brune du dégradé), mais a aussi affecté la génération suivante de la même manière. Donc le régime alimentaire de la grand-mère affecte l'état d'épigénétique de ses petits-enfants.

Dans ce contexte, il me vient aussi une autre étude à l'esprit, celle des mouches où une augmentation de température a changé leur couleur des yeux. La génération suivante, qui n'avait pas été exposée à une température plus élevée, avait hérité de ce caractéristique !!!!

Par contre, certaines influences sont aussi réversibles (source www.reptilis.org):


Citation :

Comment rendre les mouches homosexuelles


<BLOCKQUOTE>
Des chercheurs américains ont réussi à modifier les préférences sexuelles de la drosophile (Drosoplila melanogaster), la rendant temporairement homosexuelle, par une action sur certains neurones. Un peu de gai savoir...</BLOCKQUOTE>
Pour leur expérience, les chercheurs ont introduit un gène mutant, sensible à la température, qui joue un rôle dans les sécrétions d'un transmetteur chimique au sein d'un groupe particulier de neurones de la drodophile. "le génie mutant a interrompu les communications nerveuses dans ces neurones spécifiques quand les mouches mâles ont été placées sous des températures plus chaudes. Elles ont soudainement commencé à s'intéresser aux autres mâles", explique le responsable de l'équipe, le Pr Kitamoto Toshihiro.

<BLOCKQUOTE>
La chaleur modifie l'attirance sexuelle</BLOCKQUOTE>
L'allèle d'un gène (shibire) a été modifié pour être sensible à la température et perturber les transmission synaptiques entre neurones. A partir de 30°C, les mouches mâles modifiées ont commencé à se désintéresser des mouches femelles pour tourner leur attention vers d'autres mâles, répondant même aux avances sexuelles de mâles. Replacées dans leur milieu frais, les mouches ont repris leur comportement sexuel habituel.
Ces résultats tendent à montrer que les rapports entre mâles sont supprimés par l'action de neurones dont le rôle pourrait être de détecter ou d'interpréter des signaux d'hormones anti-aphrodisiaques, explique le Pr Kitamoto, du service de neurosciences du Centre de recherche médical et de l'Institut de Recherche Beckman, à City of Hope (Californie).
Les neurones affectés par le gène mutant comprennent des nerfs sensibles au goût, situés dans la tête et les pattes. Leur rôle pourrait être d'empêcher l'attirance entre mouches mâles par la détection ou l'interprétation de phéromones aphrodisiaques produites par les mâles. De précédentes recherches impliquant des manipulations génétiques avaient déjà permis d'amener ces drosophiles à un comportement homosexuel, mais la procédure neurale des modifications des préférences sexuelles demeurait inconnue.

<BLOCKQUOTE>
Une orientation sexuelle réversible</BLOCKQUOTE>

A la différence d'autres études ayant montré l'existence de mouches dont le système nerveux comporte une anomalie induisant un comportement homosexuel irréversible, "le rapport mâle-mâle dont il est fait état dans notre travail est différent car il peut être activé ou désactivé à différentes températures et n'est donc pas une conséquence d'un développement anormal", soulignent les auteurs.


Et voici encore un article pour tout ceux qui s'intéresse de plus près à l'épigénétique et les influence de notre nourriture sur la santé:

http://www.cerin.org/upload/867067A3EA8807FE8484E3A77E3AF1D6/CHOLEDOC%2069.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi-kilucru

avatar

Messages : 5846
Date d'inscription : 24/11/2008
Localisation : The Best in the West, MTL, QC

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 15:56

waw, Dolce, ça c'est de l'info et pas du semblant!!!! applaudir

dommage que j'ai pas le temps de regarder ça à fond là, car j'ai du boulot par dessus la tête (je ne faisais que "sneaker" cépamoi oups..., chut faut pas le dire!)

mais aussitôt que j'ai une seconde, j'y départ , c'est promis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dolcefarniente3

avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 17:09

Tu me diras ce que tu en penses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi-kilucru

avatar

Messages : 5846
Date d'inscription : 24/11/2008
Localisation : The Best in the West, MTL, QC

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 17:21

ben c'est sûrrrrrrrrrrrrrrrr Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yin/yang

avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 29/11/2008
Localisation : Granby, QC

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 17:22

yeah!!!!! Bonnes recherches. Très intéressant. Je me doutais qu'il pouvait évidemment y avoir des liens mais là ça me conforte dans mes interrogations. Ça vient aussi confirmer la théorie des influences transgénérationelles. On va certainement démontrer bientôt, épigénétiquement, que les conflits biologiques et émotionnels peuvent avoir des influences sur la descendance comme on en parle déjà en décodage biologique des maladies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi-kilucru

avatar

Messages : 5846
Date d'inscription : 24/11/2008
Localisation : The Best in the West, MTL, QC

MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   Sam 11 Avr - 17:30

comme c'est palpitant, Yin/Yang!!! having fun
si je ne me trompe pas, c'est un sujet très cher à Dolce ainsi qu'à toi! danse

alors j'espère qu'on ne va pas en rester là mais avoir des discussions passionnées sur ce sujet passionnant! nerd

allez, Yin/Yang, ne soit pas timide, dis-en plus! prie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C Campbell on genetics   

Revenir en haut Aller en bas
 
C Campbell on genetics
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Huntonia huntonensis - CAMPBELL, 1977] - Trilobite
» Vends Station météo Campbell Pro
» Thomas Campbell: My Big TOE (Theory Of Everything)
» Orphanews: Bulletin du 28 janvier 2009-Partie A
» Mort tragique de M. Campbell Bridges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE BAR À JUS DE KILUCRU :: Bibliothèque virtuelle - Théories Net et Bouquins-
Sauter vers: